OPERATION CORREA  EPISODE 2 : ON REVIENT DE LOIN

Un film de Pierre Carles et Nina Faure

Une avant-première en présence du réalisateur

 L'épisode 1 de Opération Correa, sorti en avril 2015 et projeté ici en mai 2015, avec la participation de Pierre Rimbert, s'intéressait à la visite officielle en France de Rafaël Correa Président de la République d'Equateur et à son programme ambitieux de justice sociale...

La première partie d’Opération Correa (Les ânes ont soif) est sortie en salles puis en dvd. La deuxième partie (On revient de loin) sortira en octobre 2016

Grâce aux recettes des projections-débats au cinéma, aux dons des internautes et à l’engagement du distributeur de films “Les Films des 2 Rives”, Pierre Carles et Nina Faure sont allés enquêter pour nous en Equateur et ont tourné « On revient de loin ». Qu’en est-il du « socialisme du XXIe siècle », de la politique progressiste étatiste et volontariste conduite par le gouvernement de Rafaël Correa depuis plus de 9 ans ?

agenda-correa-300x250

Depuis 2007 en Équateur, petit pays d’Amérique Latine, le gouvernement de Rafael Correa a refusé de payer une partie de la dette publique, récupéré la souveraineté sur ses ressources naturelles face aux multinationales et étendu de manière importante le périmètre de l’État social. Grâce à des politiques de redistribution, la pauvreté et les inégalités ont baissé fortement tandis que la classe moyenne a doublé en huit ans.

Pierre Carles, Nina Faure et leur équipe débarquent tout feu tout flamme dans ce nouvel Eldorado, alors que le gouvernement cherche à enfoncer le clou en annonçant une loi « pour la redistribution des richesses » visant à mettre fin aux dynasties qui accaparent le pouvoir économique. La presse et la bourgeoisie se déchaînent, entraînant derrière elles une partie des classes moyennes. En sillonnant un pays en ébullition, nos deux réalisateurs ne perdent pas de vue leur enquête : l’un veut convaincre le Président Correa de donner un coup de main en France, l’autre s’interroge sur la nécessité d’un homme providentiel...

correa
 

Des mesures allant à contre-courant de celles prises ces dernières années en Europe ont vu le jour depuis 9 ans en Équateur. La politique hypervolontariste du gouvernement de Rafael Correa en matière de construction de barrages hydroélectriques devrait permettre au pays d’être autosuffisant d’ici un an en production d’électricité renouvelable. Il est possible pour les femmes au foyer de bénéficier à terme d’une retraite, comme pour tous les salariés. Mais ces mesures viennent d’en haut. Elle ont été décidées par le pouvoir politique et n’ont pas été forcément réclamées par la base ni conquises à l’issue de luttes ou de mobilisations sociales. Si le gouvernement de Rafael Correa défend l’intérêt général en matière d’éducation (gratuite), de santé (pour tous), de logements (sociaux), etc, il le fait sans mobilisation populaire, sans toujours consulter les citoyens, du moins en dehors des périodes électorales.

 

Peut-on imposer le bonheur d’en haut ? Peut-on proposer une politique « progressiste » sans l’implication des principaux bénéficiaires ?

 

vlcsnap-2016-07-12-16h05m13s561

La bande-annonce du film se trouve sur le site de Pierre Carles , il vous suffit de cliquer sur le lien suivant:

 

www.pierrecarles.org

La recherche et l'encodage des archives vidéo, la maquette et l'architecture du site, la location des serveurs indépendants (pour ne pas dépendre de Youtube, de Google ou de Dailymotion...), tout cela demande des moyens. Plus vous serez nombreux à nous soutenir, plus nous pourrons améliorer et enrichir rapidement le site...

http://pierrecarles.org

 

13882641_1754069868200624_2228867236814572697_n