TEMPÊTE  UN FILM DE SAMUEL COLLARDEY 

SYNOPSIS :

À 36 ans, Dom est marin pêcheur en haute mer et ne rentre que quelques jours par mois à terre. En dépit de ses longues absences, il a la garde de ses deux enfants. Dom fait tout pour être un père à la hauteur. Il rêve même d’avoir sa propre affaire, d’un petit bateau de pêche à la journée qu’il exploiterait avec son fils. Assez grands pour s’assumer, Mailys et Mattéo n’en sont pas moins deux adolescents qui font leurs propres expériences.  L’une d’elles, malheureuse, va forcer Dom à faire un choix entre son métier au grand large  et sa vie de famille.

 

tempete300dpi

 

 

Le film a été tourné aux alentours des Sables-d’Olonne en Vendée.

Tempête est une histoire romanesque à la fois belle, dramatique, sensible et humble. Une histoire universelle qui traite de la famille, de la paternité, de la transmission, des liens qui nous unissent et des combats que l’on mène pour les entretenir.

 

TEMPETE de Samuel Collardey - Bande-annonce HD - Ad Vitam

 

Samuel Collardey, le réalisateur:

Né à Besançon en 1974, Samuel Collardey, fils d’ouvrier et petit-fils de paysan, grandit dans un village franc-comtois du Doubs. De cette enfance rurale, il garde un souvenir vivace qui, avec la disparition de son père à l’âge de treize ans, constituent les principales sources d’inspiration de son premier long-métrage, L’Apprenti, en 2008.

Le bac (technique) en poche, Collardey prépare un BTS audiovisuel à Montbéliard au cours duquel il découvre le cinéma de répertoire. Sa sensibilité « terrienne » le porte d’instinct vers des auteurs tels que Jean Renoir, Robert Flaherty, et la tradition documentariste anglaise des années 1930, ou encore plus proche de nous, Ken Loach et les frères Dardenne.

 

A propos de Tempête il déclare:

 

“Je suis parti d’une histoire vécue, rejouée par les vraies personnes,  et  un  peu  aménagée  pour  des  raisons dramaturgiques. Le tournage s’est étalé sur dix ou onze mois, qui nous ont laissé le temps de réfléchir, de réécrire, de réorienter le scénario, de donner plus ou moins d’importance à certains personnages.

Ça faisait longtemps avec Grégoire Debailly, mon producteur, et Catherine Paillé, ma scénariste, qu’on voulait faire un film sur le milieu de la pêche. Catherine appartient à une famille de marins des Sables d’Olonne depuis des générations. Je connaissais bien aussi ce lieu, durant la Fémis, j’y avais tourné des films en tant que chef opérateur. Catherine elle-même avait réalisé un court-métrage là-bas et y avait rencontré Dominique quand elle cherchait un jeune matelot sur le bateau où il travaillait. Ils se sont liés d’amitié. Quand on est revenus sur ce projet de faire un film sur des marins aux Sables, Catherine m’a présenté pas mal de gens, dont Dom.”

 

 

 

TEMPETE-photo-2-190x109

 

 

Dominique Leborne pêcheur et acteur principal:

 

Originaire des Sables-d’Olonne, Dom est un marin-pêcheur, comme son père et son grand-père.

 

“J’ai d’abord connu la scénariste, Catherine Paillé. En 2009, elle a tourné Le Bel Eté, un court métrage dans lequel un collègue marin, mon fils et ma fille ont joué. A cette occasion, on a pas mal discuté, on est devenus potes et on a continué à se voir régulièrement quand elle descendait aux Sables. Et puis un jour, elle m’a présenté Samuel. Ils sont venus à la maison, on a bu l’apéro et là, Sam m’a demandé s’il pourrait revenir. Il est venu une fois,deux fois, trois fois... A un moment, je me suis douté qu’il avait une idée de film mais je pensais que c’était avec Matteo, mon fils.(..)

 

Je me doutais qu’ils n’allaient pas faire n’importe quoi de ma vie. En plus, on allait me donner de l’argent pour passer encore plus de temps avec mon gars, le pied ! Pourquoi ne pas en profiter ? On s’est donc tapé dans la main et l’aventure a commencé.(..)

 

Je n’ai pas lu le scénario, je n’avais pas envie. Quand on tournait, Samuel venait trois ou quatre jours avant l’équipe et me disait ce qu’on allait filmer au fur et à mesure.(..)

FIFF 2015 - L'Interview (Dominique et Matteo LEBORNE) au festival de Namur.

Mostra de Venise : Dominique Leborne, un vendéen récompensé