barbara_affiche-2-36180

Synopsis :
Une actrice va jouer Barbara, le tournage va commencer bientôt. Elle travaille son personnage, la voix, les chansons, les partitions, les gestes, le tricot, les scènes à apprendre, ça va, ça avance, ça grandit, ça l'envahit même. Le réalisateur aussi travaille, par ses rencontres, par les archives, la musique, il se laisse submerger, envahir comme elle, par elle.

Barbara - Bande-annonce

Extraits d'un entretien avec Jeanne Balibar qui joue Brigitte, actrice qui joue Barbara:

Avez-vous assisté à un concert de Barbara?
Non, je n’ai  pas assisté à un de ses concerts, mais j’ai beaucoup écouté ses chansons.  J’avais  huit  ans  lorsqu’on  m’a  offert un premier  45 tours d’elle.  Je  me souviens des titres: « Dis, quand reviendras-tu ? », « Le temps des Lilas », « Nantes » ...

Lorsqu’on est actrice, on se construit aussi avec les artistes qu’on a aimé écouter et regarder , qui ont compté. J’avais un lien avec elle.

Quelle image aviez-vous , l’un et l’autre, de Barbara ?
Curieusement,   Mathieu   et   moi   n’entretenions   pas   la   même   relation avec   le personnage de Barbara. Lui s’interrogeait beaucoup, et de façon magnifique, sur la façon d’en restituer le caractère sacré. J’étais davantage intéressée par la figure de
la République Française qu’elle a représenté - son côté « Marianne ». Comment, par sa vie,  ses  choix,  les  responsabilités  qu’elle  prend,  une  petite  Juive  d’Ukraine  en vient-elle  à  incarner  l’histoire  de  la  France  de  1930  à  1997 ?  Ces  différences  nous
amusaient.  Ce  n’était  pas  un  problème,  il  nous  semblait  même  que  c’était  une richesse du film.


Comment se prépare -t-on à un tel rôle ?
On  n’a  pas  besoin  de  beaucoup  de  choses  pour  interpréter  un  personnage  qui  a déjà  existé :  il  suffit  d’en comprendre  deux ou  trois ,  très  précises et qui  ne  font  sens que  pour  soi.  Je  suis  allée les  chercher  dans  la  musique. Une  équipe  de  passeurs héroïques m’y a aidé. Françoise Rondeleux, Vincent Leterme et David Newman ont passé des heures et des heures à m’apprendre le chant, la technique pianistique et la  composition...  Pendant  plus  d’un  an,  j ’ai  appris  à  jouer  du  piano,  à  comprendre comment Barbara composait ses mélodies, pourquoi elle passait de tel accord à tel autre,  j’ai  travaillé  ses  chansons.
Pourtant,  je  ne  connaissais  pas  la  musique  mais Barbara non plus : c’était important de me mettre au même endroit qu’elle.

a0e99813c927f7b6fe00e276069f5bdc

 

La participation de l' INA ( Institut National de l'Audiovisuel)

Pour Barbara , tout  commence en juin 2016, quand Mathieu Amalric contacte l'INA. Le réalisateur et acteur sait ce qu'il veut : son film n’est pas un biopic « classique » de  la  chanteuse  Barbara,  mais  plutôt  une  mise  en  abyme  du  processus  de  création.  Les images d’archives seront intégrées à la narration et certaines scènes mélangeront fiction et réalité.
C’est donc tout naturellement que l’Ina met tout son savoir-faire, son expertise et ses archives au service de la réalisation de ce drame biographique. Au total, près de 15 min d’images issues de ses fonds ont été insérées dans le film.
Pour  s'imprégner  de  l'ambiance  des  années  70,  l'équipe  technique  du  film  est  notamment  venue visionner  à  l’Ina  le  documentaire  de  Gérard  Vergez, Barbara  ou  ma  plus  belle  histoire  d’amour  (48 min) , réalisé en 1973 et restauré pour l’occasion par les équipes de l’Institut.
Plus  de  cinq  minutes d'extraits de ce film ont été insérées dans le long métrage Barbara . Une collaboration  technique  s'est  alors  instaurée  entre  les  équipes du film et les équipes de l’Ina pour  obtenir  une fluidité  entre  archives  et  prises  de  vue  réelles.


«  L’Ina  est  fier  de  cette  étroite collaboration  dont  le  résultat  est  bluffant.  Archives  et  scènes  de tournage se superposent si bien que l’on se perd dans ce puzzle fascinant. J’espère que nous aurons encore  de  nombreuses  occasions  de  mettre  nos  archives  et  notre  savoir-faire  à  la  disposition  des réalisateurs et des producteurs. » déclare Laurent Vallet, président-directeur général de l’Ina.

0c40905_31594-135hdbm

Quelques ouvrages publiés sur la chanteuse Barbara:

Barbara de Jacques Tournier aux éditions des Equateurs paru le 28 septembre dernier. 

Jacques Tournier fut le grand ami de Barbara qu’il rencontra à la demande de France Inter en 1965 à Bobino. Il est aussi le premier à avoir écrit un livre sur, avec et autour d’elle. Mathieu Amalric s’est inspiré de son Barbara pour son film avec Jeanne Balibar présenté cette année au Festival de Cannes et qui sortira en salles le 6 septembre. Jacques Tournier en est l’un des personnages.

D’une écriture éblouissante, en chapitres ciselés comme ces bijoux d’argent qu’elle affectionnait, Jacques Tournier dresse un portait formidablement vivant de la dame en noir. Les premiers tours de chants, les sorties de scène où le trac revient aux saluts, les échappées en voiture parce qu’elle déteste rester dans la ville où elle vient de chanter. Les mélodies enregistrées la nuit sur un magnétophone. Son mariage. L’enfance. Jacques Tournier nous rend sa voix, son souffle, ses éclats de rire. Ses hésitations et ses silences nous enveloppent comme ils ont fasciné l’auteur.

 

 

Barbara de Jean-Pierre Le Loir aux éditions Textuel , les plus rares photos de Barbara réunies dans un écrin.

 

Barbara de Marie Chaix chez Libretto.