Un long métrage documentaire de Shu Aiello et de Catherine Catella, projeté en présence de la productrice du film , et précédé du court métrage tourné à Groix en septembre par Madjid Diallo, jeune guinéen de 20 ans.

Synopsis

Comme beaucoup de villages du sud de l’Italie, Riace a longtemps subi un exode rural massif. Un jour, un bateau transportant deux cents kurdes échoue sur la plage. Spontanément, les habitants du village leur viennent en aide. Petit à petit, migrants et villageois vont réhabiliter les maisons abandonnées, relancer les commerces et assurer un avenir à l’école. C’est ainsi que chaque jour depuis 20 ans, le futur de Riace se réinvente.

"En  faisant  le  portrait  de  ce  village,  nous  pouvions montrer qu’accueillir de nouveaux habitants n’empêche pas de garder son identité. Nous avons pu filmer des gens simples, plutôt pauvres, qui ont l’intelligence du coeur mais aussi le pragmatisme de penser que l’étranger peut être une chance dans un village désertifié et vieillissant. Ce sont des gens qui ont la mémoire de l’exil des leurs, et qui ont l’habitude de regarder la mer." Shu Aiello

 

Riace a accueilli 6000 migrants en 25 ans, le village est passé de 900 habitants en 1998 à 2100 en 2016.

Le contexte de l'expérience de Riace

Dès l’arrivée du premier bateau en 1998, les riacesi  ( les habitants de Riace) et les migrants réhabilitent les maisons abandonnées et s’organisent pour gérer l’accueil et la vie du village. Un  an  plus  tard,  impulsée  par  Domenico  Lucano (qui deviendra maire de Riace en 2004), l’association Città Futura (Ville du futur) est créée. Soutenue par l’État et la Communauté européenne, la structure gère aujourd’hui l’accueil de 400 réfugiés de 22 nationalités différentes. Dans l’attente de leurs papiers, les migrants doivent s’inscrire dans un projet de formation professionnelle et d’apprentissage de l’Italien pendant deux ans. Pendant ce temps ils perçoivent une allocation de 33 euros par jour qui comprend les frais d’hébergement, les vêtements, l’assistance sociale et juridique, l’école, les soins... L’argent reçu est directement investi dans le village.

Domenico Lucano , le maire de Riace

Domenico Lucano est né et a grandi à Riace. Ancien instituteur, lui aussi a songé à quitter le village à la fin des années 90. L’arrivée des migrants et le projet Città Futura le convaincront de rester. Figure de l’alternative de gauche, il entre au Conseil municipal en 1999 et inscrira la commune au « Programme national d’accueil » en 2001. Domenico est élu maire pour la première fois en 2004 ; est réélu en 2009 et en 2014. En 2016, le magazine Fortune   le classe quarantième des leaders les plus influents du monde aux côtés d’Obama, Poutine, Merkel...

riace-75481

Contre la 'Ndranghetta, la mafia calabraise.

Riace est un des rares villages à s’être porté partie civile contre la ‘Ndrangheta. La mafia s’inquiète de l’attention médiatique qu’attire le projet de Ciità Futura, et a tenté d’intimider les riacese à plusieurs reprises. Pour les habitants, le combat contre la mafia et pour l’accueil des migrants, fait partie d’une même démarche d’ouverture du village au monde.

L'opposition et Riace

Curieusement, l’opposition politique n’a jamais remis en question l’accueil des migrants. Pour une raison avant tout pragmatique : les écoles du village, les épiceries et autres commerces ont rouvert, les habitants majoritairement très âgés ont eu des aides à domiciles, quelques jeunes ont retrouvé un peu de travail... Personne ne veut renoncer à cette renaissance.

396529

 Italie, terre d'émigration puis d'immigration.

En deux siècles 40 millions d’Italiens ont quitté leur pays. Le plus grand exode du 20ème siècle ! Heureusement pour eux, même s’ils ont connu de nombreux drames, ils ne sont pas morts par milliers en mer. Et les pays qui les ont reçus - parfois très durement - ne les ont pas mis systématiquement en camps ou refoulés. Comme eux, les Irlandais, les Polonais et tant d’autres ont tenté une vie meilleure ailleurs.

E