Comédie dramatique avec Simone Signoret, Sandra Milo, Emmanuelle Riva et Marcello Mastroianni, réalisée par Antonio Pietrangeli en 1960.

Synopsis

Après la fermeture de leur maison close, quatre prostituées tentent de s’établir à leur compte en ouvrant ce qui s’apparenterait à un simple restaurant. Mais pour mener à bien leur projet, elles doivent solliciter l’aide d’un ancien homme du milieu qui menace leur tentative d’émancipation…

 

 

Après le Japon, le second cycle répertoire de la saison Cinéphare 2017/2018 est consacré à Antonio Pietrangeli, cinéaste italien trop méconnu que nous vous invitons à découvrir grace à Adua et ses compagnes.

formation-pietrangeli-adua

En nous proposant l'histoire de ces quatre femmes et de leur combat pour retrouver leur dignité, toute leur dignité...Pietrangeli livre une œuvre  légère  et touchante . On sourit à voir l'un des religieux du coin faire des visites quotidiennes  ou encore aux facéties de ce Marcello qui tente toujours d'embobiner son monde. On est ému lors du baptême du petit garçon, on est alors très près de La maison Tellier de Max Ophuls d'après l'oeuvre de Maupassant, ou lors d'une véritable et première déclaration d'amour...

 

adua-e-le-compagne-reensione-932x460

Antonio Pietrangeli est un personnalité originale et injustement oubliée de l’âge d’or du cinéma italien. Après des études de médecine, il suit le parcours de nombreux futurs cinéastes italiens de l’époque en passant par l’écriture, d’abord au sein de la critique puis en tant que scénariste. Là, il œuvrera pour nombre de réalisateurs majeurs durant l’après-guerre comme Luchino Visconti ou Roberto Rossellini. Dans certains de ses scripts on peut déjà distinguer ce qui sera la préoccupation majeure de sa filmographie à venir : la condition féminine dans l’Italie moderne. Ce thème rarement évoqué dans la production italienne d’alors le distingue des autres cinéastes qui lui sont contemporains et participe à la réussite de Du Soleil dans les yeux (1953), d'Adua et ses compagnes (1960) et de Je la connaissais bien (1965).

en10522