Une adaptation du célèbre roman de Jack London par Alexandre Espigares

(dont le film  Mr Hublot a reçu l'Oscar du meilleur court-métrage d'animation en 2014)

En VF , à partir de 6/8 ans

Avec les voix de VIRGINIE EFIRA, RAPHAËL PERSONNAZ et DOMINIQUE PINON

 

Synopsis

Croc-Blanc est un fier et courageux chien-loup. Après avoir grandi dans les espaces enneigés et hostiles du Grand Nord, il est recueilli par Castor Gris et sa tribu indienne. Mais la méchanceté des hommes oblige Castor-Gris à céder l’animal à un homme cruel et malveillant. Sauvé par un couple juste et bon, Croc-Blanc apprendra à maîtriser son instinct sauvage et devenir leur ami.

Into the wild!!

Croc Blanc est un des nombreux romans américains qui prennent pour sujet le rapport de l'homme et de la nature , ils critiquent la civilisation moderne et la voient comme destructrice de la vie sauvage , de la nature primaire, du monde primitif : "the wild"

Le thème apparaît dès le début du roman:

"De chaque côté du fleuve glacé, l’immense forêt de sapins s’allongeait, sombre et menaçante. Les arbres, débarrassés par un vent récent de leur blanc manteau de givre, semblaient s’accouder les uns sur les autres, noirs et fatidiques dans le jour qui pâlissait. La terre n’était qu’une désolation infinie et sans vie où rien ne bougeait, et elle était si froide, si abandonnée que la pensée s’enfuyait, devant elle, au-delà même de la tristesse. Une envie de rire s’emparait de l’esprit, rire tragique comme celui du Sphinx, rire transi et sans joie, comme le sarcasme de l’Éternité devant la futilité de l’existence et les vains efforts de notre être. C’était le Wild. Le Wild farouche, glacé jusqu’au cœur, de la terre du Nord.

Sur la glace du fleuve, et comme un défi au néant du Wild, peinait un attelage de chiens-loups. Leur fourrure, hérissée, s’alourdissait de neige. À peine sorti de leur bouche, leur souffle se condensait en vapeur pour geler presque aussitôt et retomber sur eux en cristaux transparents, comme s’ils avaient écumé des glaçons." incipit de Croc Blanc de Jack London

croc-blanc-le-film-2018-768x322A l'origine du film

"Fin  2014,  je  suis  contacté  par un des producteurs du fi lm, qui souhaite me proposer la réalisation de Croc Blanc. Je lis le scénario et je suis emballé. Il me parle parce qu’il se situe au-delà de ce qu’on a l’habitude de voir en termes de film d’animation familial.  Pour une fois les animaux ne parlaient pas, ne chantaient pas. Nous étions dans une logique qui était de suivre l’animal dans la nature, sans dialogue ; un parti-pris que j’ai voulu à tout prix préserver. Et même quand on passe du côté des humains, je ne voulais pas que cela soit trop bavard. Un film doit à mon avis se raconter en premier lieu par l’image et non par les mots. Sans vouloir dénigrer quoi que ce soit, je trouve que les films d’animation ont souvent tendance à sur-expliquer l’intrigue, à trop prendre le spectateur par la main. En particulier les enfants dont on redoute souvent qu’ils ne comprennent pas tout, ce que je ne crois absolument pas." Alexandre Espigares

croc-blanc-le-film-20182-768x322Une bande originale de qualité signée Bruno Coulais ( Microcosmos et Himalaya)

"J’avais envie d’infl uences celtiques subtiles dans la musique. J’aime assez ces sonorités et j’ai pu justifi er ce choix musical par le fait qu’à cette époque-là, beaucoup de colons venaient d’Irlande ou d’Écosse. Je voulais des instruments comme le fi ddle, la fl ûte celtique, le Bodhran. Bruno m’a même rajouté un genre de cornemuse et un dulcimer." Alexandre Espigares

 

Le point de vue de Croc-Blanc

"Ma volonté était de toujours revenir vers CROC-BLANC. Toutes  proportions  gardées,  les  humains  ne  sont  quasiment  que  des   « figurants ». Ils ne sont là que de passage dans la vie de «CROC-BLANC.  La caméra  par  exemple  est  souvent  placée  à  hauteur de hanches pour un humain  ce qui correspond à peu près à la hauteur de tête de CROC-BLANC. On est avec lui sans être par principe  dans  son  point  de  vue.  Et  pour  cela  on  a  beaucoup joué avec le son. Lorsque par exemple CROC-BLANC rentre dans la ville, un endroit qu’il ne connaît pas, les bruits lui sont étrangers. La foule de gens, le piano du saloon, les rires et cris des gens, les bruits des chaussures sur le bois, tout cela constitue un fond sonore qui d’une certaine manière l’agresse. Cela diffère des bruits de la nature plus homogènes, plus équilibrés" Alexandre Espigares

affiche-Croc-Blanc-le-film