PLAIRE, AIMER ET COURIR VITE 2h.12 Un film de Christophe Honoré

1990. Arthur a vingt ans et il est étudiant à Rennes. Sa vie bascule le jour où il rencontre Jacques, un écrivain qui habite à Paris avec son jeune fils. Le temps d’un été, Arthur et Jacques vont se plaire et s’aimer. Mais cet amour, Jacques sait qu’il faut le vivre vite.

"Plaire, aimer et courir vite", de Christophe Honoré

Une initiation sentimentale, un dernier amour, par des acteurs exceptionnels.

Télérama "Christophe Honoré n’a jamais saisi avec une telle intensité les hésitations amoureuses, la certitude de l’éphémère et l’intrigante osmose entre la douceur du sexe et sa crudité."

Le Figaro "Avec Plaire, aimer et courir vite, Christophe Honoré signe son plus beau film."

La Croix "CANNES 2018 – Premier Français à entrer dans la compétition, Christophe Honoré signe un film bouleversant, sans doute le plus personnel, sur un amour impossible entre un jeune étudiant provincial et un écrivain malade."

2760065Extrait d'un entretien avec Christophe Honoré

Comment résumer l’histoire, la matière de ce film?
Un premier amour et un dernier amour. Un début dans la vie et une fin dans la vie, à travers une seule et même histoire d’amour, celle du jeune provincial Arthur et de l’écrivain  agonisant  Jacques. Le   film   voudrait   conjuguer   cette   association   de sentiments :  l’élan  et  le  renoncement.  L’histoire  d’amour  racontée  précipite  deux choses : d’une part les débuts dans la vie d’Arthur, d’autre part la fin de la vie de Jacques.  Il  est  possible  que  sans  cet  amour  Jacques  aurait  vécu  plus  longtemps, parce qu’il est précipité dans l’idée que sa maladie, le sida, le rend inapte à cet amour, qu’il n’est plus capable de le vivre. Je crois que le vrai sujet du film est là, dans les effets contraires de l’amour . C’est un film qui assume sa part de mélodrame, mais pas tant du côté de l’amour impossible que de la vie impossible