PERSONA (1h 23)est un film inépuisable, à la perfection formelle éblouissante. Un de ces chefs-d’œuvre qui font avancer le cinéma, lui ouvre de nouveaux horizons.

Dans le cadre d'un cycle consacré à Ingmar Bergman, centenaire de sa naissance oblige, organisé par Cinéphare, Cinéf'îles a le plaisir de vous présenter PERSONA.

Cent ans après sa naissance le 14 juillet 1918, Ingmar Bergman demeure aujourd'hui encore l'un des plus grands cinéastes de l'histoire du 7ème art. Auteur d'une soixantaine de films entre 1946 et 1982, la variété de ses univers et de ses propositions ne peut que nous faire survoler avec ce cycle une oeuvre qui n'a cessé d'évoluer au fil des années.

Nous avons donc choisi deux films emblématiques : Persona, son film le plus expérimental, véritable renaissance pour le cinéaste qui pensait alors être à la fin de sa carrière et enfin Fanny et Alexandre, son « film testament » où ses thèmes et obsessions prennent corps dans une fresque romanesque magistrale.

critique-persona-bergman2

Synopsis

L’actrice Elisabet Vogler, alors qu’elle est sur scène à interpréter Electre, se retrouve d’un seul coup sans voix. Son mutisme se poursuit après l’incident. Après un séjour à l’hôpital, elle part en compagnie de son infirmière Alma se reposer dans sa demeure de l’île de Fårö.

A l'origine du film

"Bergman imagine les premières images de son film alors qu’il délire, cloué sur un lit d’hôpital, atteint d’une double pneumonie. Refusant tout contact avec l’extérieur, le cinéaste se mure dans le silence et se laisse aller à ses dérives mentales. Les corps de mourants passent devant lui comme dans un songe, deux infirmières discutent et se montrent leurs mains, leur image se fondent et elles ne font plus qu’une seule et même personne, des photos de journaux de Liv Ullman et Bibi Andersson frappent Bergman par l’étrange effet de lumière qui éclaire leurs visages... Persona est né. De ces visions, le cinéaste tire en deux semaines un scénario, quitte son lit, et une semaine plus tard démarre le tournage à Stockholm " Olivier Bitoun

critique-persona-bergman15

Un film expérimental?

"Expérimentations sonores, expérimentations visuelles, Bergman multiplie les figures "impures". Il utilise des zooms et des faux raccords, brisant même la sacro-sainte règle des 180°. Il surexpose, utilise de violents contrejours comme dans Monika. Il fait avancer les ombres, noie ses personnages dans la nuit." O.B.

"Ingmar Bergman nous parle directement, viscéralement, de souffrance, de trahison, de jalousie, mais aussi de désir et d’amour fou. On retrouve dans Persona les relations troubles et complexes qui unissaient Ingrid Thulin et Gunnel Lindblom dans Le Silence. Un couple, c’est du vampirisme, de la domination, des tensions et des rapports de force changeants et évolutifs." Olivier Bitoun

La bande annonce est en anglais mais le film projeté sera en VOSTF

 

 

Blow up - Ingmar Bergman en 9 minutes | ARTE

Ingmar Bergman est célébré au festival de La Rochelle avec une rétrospective prestigieuse (et comme on fête aussi le Centenaire de sa naissance), voici dans Blow up un résumé de sa prestigieuse filmo en 9 minutes chrono où nous parlerons de foi et de crise existentielle, de Max Von Sydow et de Liv Ullman, de Mozart et de Bach mais aussi de Wes Craven et de Dario Argento.

https://www.arte.tv