programme dans le bon sens aout-sept-page-0-films 345

Synopsis du film LES PARTICULES

Pays de Gex, frontière franco-suisse. P.A. et sa bande vivent leur dernière année au lycée. À 100 mètres sous leurs pieds, le LHC, l’accélérateur de particules le plus puissant du monde, provoque des collisions de protons pour recréer les conditions d’énergie du Big Bang, et détecter des particules inconnues à ce jour. Tandis que l’hiver s’installe et que P.A. voit le monde changer autour de lui, il commence à observer des phénomènes étranges, des modifications dans l’environnement, de façon imperceptible d’abord, puis c’est tout son monde qui semble basculer...

1225029-265b1820ec52fb654fdc070cb4a31cf8773f123ajpg

L'accélerateur de particules , l'adolescence et le fantastique

"En prenant l’accélérateur comme catalyseur, Les Particules est en effet un teen movie qui cherche à capter l’instabilité de cet âge-là. Je trouve jouissif le principe de jouer avec les codes de genres très  identifiés  :  le  teen  movie,  le  fantastique,  l’horreur,  les  trips  psychédéliques à la Ken Russell – pour finalement s’en échapper. Tout cela m’a nourri mais j’avais aussi envie d’en faire autre chose. Le but ultime, c’est de rappeler au spectateur les sensations de ses 17 ou 18 ans, quand tout change et où l’on découvre le monde d’un  nouvel  œil.  Le  fantastique  permet  de  raconter  l’inquiétude  du  personnage  face  à  cet  univers  étranger  qu’il  ne  comprend  plus.

Habituellement,  le  teen  movie  considère  cet  âge-là  comme  une  période  transitoire,  mais  j’aime  considérer  l’adolescence  en  tant  que  telle.  Lorsqu’elle  se  termine,  c’est  presque,  à  mon  sens, ce qui existe de plus beau qui prend fin. À cette période-là, la  sentimentalité  est  exacerbée,  comme  tout  le  reste.  Il  y  a  une  violence extrême dans la façon de ressentir le monde." Blaise Harison

 

 

Synopsis des FAUSSAIRES DE MANHATTAN

Ancienne auteure à succès aujourd’hui sans le sou, Lee Israel se découvre par hasard un don exceptionnel : celui d’imiter à la perfection le style de grands romanciers. Avec l’aide de son ami Jack, elle monte une arnaque imparable: rédiger de fausses correspondances entre auteurs célèbres, que Jack revend à prix d’or aux collectionneurs new-yorkais. Grisés par le succès, les deux faussaires ne voient pas que le FBI commence à s’intéresser à eux…

 

 

Le Monde" Cette comédie inspirée de l’histoire de Lee Israel, écrivaine désargentée qui s’est spécialisée dans la fabrication de fausses lettres, est portée par les formidables Melissa McCarthy et Richard E. Grant."

image-nicxxq900_dr_cinexx-310720196

La vraie Lee Israêl

Lee Israel n'avait jamais imaginé mener une vie de hors-la-loi. Biographe reconnue et ambitieuse, elle évoluait dans le Manhattan frénétique des années1970. Ses deux livres les plus vendus  lui avaientassuré son entrée sur la scène littéraire chic de New York. Mais après le flop de son troisième livre, une biographie d'Estée Lauder, le syndrome de la page blanches’installa, et en un clin d'œilla vie d'Israel bascula du mauvais côté.Très vite, elle se retrouva à vivre dans la misère, entourée de vieux ouvrages,et de Jersey, son chat bien-aimé.Pour s’en sortir, elle vendit alors tout ce qu'elle possédait, y compris une lettre originale signée de Katharine Hepburn. Les 200 dollars reçus en échange firent germer en elle une idée:créer de fausses lettres de célébritéspour parvenir à joindre les deux bouts. Ainsi se lança-t-elle dans une nouvelle carrière, celle de faussaire littéraire.Israel commença à créer de fausses correspondances épistolaires d’écrivains et de personnalités comme Dorothy Parker, Ernest Hemingway, Noël Coward, Edna Ferber, Lillian Hellman, Louise Brooks ou George S. Kaufman. Prenant cette activité très au sérieux, elle étudiait méticuleusement ses sujets pour épouser au mieux leur style d'écriture, allant jusqu’à utiliserde vieilles machines à écrire de toutes les époques concernées. Même pour un œil averti, ses faux étaient indétectables.Parfois, c'était comme si elle captait littéralement l’esprit des auteurs illustres, y insufflant sa propre vie et son âme. Elle se convainquit qu'elle ne faisait riende mal, mettant simplement en lumière des célébrités renommées pour leur talent. Lee renoua ainsi avec la fortune et l’excitation créatrice.Subsistait un problème majeur: elle était devenue une hors-la-loi. Le producteur David Yarnell, confident et ami d'Israel jusqu’à sa mort en 2014, la convainquit d'écrire ses mémoires. 

Ironiquement, le récit de sa vie lui valut enfin l'attention littéraire qu’elle avait si longtemps désirée.