VENDREDI 27 DECEMBRE à 20h45

LES MISERABLES 1h42 de Ladj Ly (France) 2019

 2018 : Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, intègre la Brigade Anti-Criminalité de Montfermeil, dans le 93. Il va faire la rencontre de ses nouveaux coéquipiers, Chris et Gwada,deux « Bacqueux » d’expérience. Il découvre rapidement les tensions entre les différents groupes du quartier. Alors qu’ils se trouvent débordés lors d’une interpellation, un drone filme leurs moindres faits et gestes......

Inspiré de faits réels, ce film coup de poing a la force du constat brut, loin des fantasmes et des diabolisations.

"Dans ce film, je raconte un peu ma vie, mes expériences, celles de mes proches... Tout ce qui est dedans est basé sur des choses vécues : la liesse de la Coupe du monde évidemment, l’arrivée du nouveau flic dans le quartier, l’histoire du drone...
Pendant cinq ans, avec ma caméra, je filmais tout ce qui se passait dans le quartier, et surtout les flics, je faisais du copwatch. Dès qu’ils débarquaient, je prenais ma caméra et je les filmais, jusqu’au jour où j’ai capté une vraie bavure. Dans le film, l’histoire du vol du lionceau
déclenchant la colère des Gitans propriétaires du cirque est également vécue... J’ai voulu montrer toute la diversité incroyable qui fait la vie des quartiers. J’habite toujours ces quartiers, ils sont ma vie et j’aime y tourner. C’est mon plateau de tournage" Ladj Ly

"La réalité est toujours complexe. Il y a des bons et des méchants des deux côtés... J’essaie de filmer chaque personnage sans porter de jugement. « Le Maire » a un côté éducateur et en même temps un peu crapuleux, les flics pareils, ils sont tour à tour
sympas, dégueulasses, humains... On navigue dans un monde tellement complexe que c’est difficile de porter des jugements brefs et définitifs. Les quartiers sont des poudrières, il y a des clans, et malgré tout, on essaye de tous vivre ensemble et on fait en sorte que ça ne parte pas en vrille. Je montre ça dans le film, les petits arrangements quotidiens de chacun pour s’en sortir!"Ladj Ly

4f14934a34

SAMEDI 28 DECEMBRE à 16h30

MALEFIQUE: le pouvoir du mal VF 1h59 de Joachim Rønning (USA) 2019

La princesse Aurora, qui règne sur le royaume de la Lande peuplé de fées, va épouser le prince Philippe héritier du royaume humain. Maléfique, belle-mère d’Aurora, refuse l’union…

 

Des effets spéciaux, des scènes d’action, des costumes somptueux et un beau trio d’actrices.

 DIMANCHE 29 DECEMBRE à 16h30

J’ACCUSE  2h12 de Roman Polanski (France) 2019 Lion d'Argent, grand prix du jury au Festival de Venise

Pendant les 12 années qu'elle dura, l'Affaire Dreyfus déchira la France, provoquant un véritable séisme dans le monde entier. Dans cet immense scandale, le plus grand sans doute de la fin du XIXème siècle, se mêlent erreur judiciaire, déni de justice et antisémitisme. L'affaire est racontée du point de vue du Colonel Picquart qui, une fois nommé à la tête du contre-espionnage, va découvrir que les preuves contre le Capitaine Alfred Dreyfus avaient été fabriquées. A partir de cet instant et au péril de sa carrière puis de sa vie, il n'aura de cesse d'identifier les vrais coupables et de réhabiliter Alfred Dreyfus.

Une reconstitution historique qui bascule vers le thriller, un film sur la justice et  l’héroïsme, profondément actuel.

"Picquart  est  un  personnage  passionnant,  complexe.  Ce  n’est  pas  un  antisémite  combattant.  Il  n’aime  pas  les  juifs,  mais  cela  relève  plutôt  d’une  tradition  que  d’une  conviction.  Lorsque,  chargé  du  contre-espionnage,  il  découvre  que  Dreyfus  est  innocent,  il  prend cette affaire très à cœur et décide de chercher la  vérité.  Quand  il  en  informe  sa  hiérarchie,  on  lui  ordonne  de  se  taire  ;  l’armée  ne  saurait  commettre  de telles erreurs ! Malgré la débâcle de 1870, l’armée est intouchable, comme l’Église. Elle n’a que faire des remords ou des cas de conscience de ses soldats, elle est au-dessus de la Vérité et de la Justice." Roman Polanski

"C’est   grâce   à   Zola   que   l’affaire   a   été   révélée.   C’était le fameux « J’accuse ! », sa lettre adressée au président de la République et publiée dans L’Aurore. Sans cela, qui sait comment l’affaire se serait terminée. Clémenceau  lui  aussi  a  joué  un  rôle  important.  C’est  lui,  d’ailleurs,  qui,  sept  ans  après  la  fin  de  l’affaire,  alors  qu’il  était  lui-même  premier  ministre,  a  nommé  Picquart  ministre  de  la  Guerre.  Zola  a  payé  cher  son  engagement  puisqu’il  a  été  condamné  à  1  an  de  prison  et  3000  francs  d’amende.  Il  est  mort  intoxiqué  par sa cheminée ; on dit qu’il aurait été assassiné par des  antidreyfusards.  En  tout  cas,  le  journal  antisémite  d’Edouard    Drumont,    La    Libre    Parole,    exulte    à    l’annonce de sa mort."Roman Polanski

j-accuse