MERCREDI 15 JANVIER à 14h30 UN FILM D'ANIMATION POUR LES ENFANTS (dès 4/5 ans)

LA GRANDE COURSE AU FROMAGE  VF 1h20 de Rasmus A. Sivertsen( Norvège)2019

Solan et Monsieur Grigoux découvrent l’ancienne tradition de course au fromage qui opposait leurs villes. Avec ses amis Ludvig et Féodor dans son équipe, Solan est sûr de remporter la course…

Quel plaisir de retrouver nos adorables héros norvégiens toujours plein d’entrain dans ce film d’animation truffé de gags !

3 bonnes raisons pour voir le film

Découvrir des personnages traditionnels de la culture norvégienne
Le message de solidarité qui traverse le film
Les notions de compétition, d'esprit d'équipe et de respect de l’autre dans la victoire comme dans la défaite

Le film est une parodie du conflit qui a opposé au début du 13e siècle les Bagler, une faction politique norvégienne médiévale proche de l'Église et de la haute aristocratie, et les Birkebeiner, parti populaire.

139113

VENDREDI 17 JANVIER à 20h45 un film d'animation pour adolescents et adultes

J’AI PERDU MON CORPS 1h21 de Jérémy Clapin (France)2019

ANNECY 2019 GRAND PRIX et PRIX DU PUBLIC

CANNES 2019 GRAND PRIX SEMAINE DE LA CRITIQUE

À Paris, Naoufel tombe amoureux de Gabrielle. Un peu plus loin dans la ville, une main coupée s’échappe d’un labo, bien décidée à retrouver son corps. S’engage alors une cavale vertigineuse à travers la ville, semée d’embûches, et des souvenirs de sa vie jusqu’au terrible accident. Naoufel, la main, Gabrielle, tous trois retrouveront, d’une façon poétique et inattendue, le fil de leur histoire.

Un extraordinaire film d’animation, un conte subtil et émouvant.  Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs.

Un pari fou

C’est en 2011 que Marc du Pontavice découvre et acquiert les droits de Happy Hand, le livre de Guillaume Laurant, scénariste de nombreux films notamment LE FABULEUX DESTIN D’AMÉLIE POULAIN de Jean-Pierre Jeunet. Marc du Pontavice vient d’obtenir un beau succès en produisant GAINSBOURG, VIE HÉROÏQUE de Joann Sfar et décide de se lancer dans l’aventure du film d’animation pour adulte.

Animer: donner une âme

Le défi:Caractériser un personnage qui n’a ni yeux, ni bouche, ni visage, à qui il ne reste finalement que cinq doigts, et produire chez le spectateur une empathie à son égard.

Effacer les frontières

Il s'agit d'animer les personnages en images de synthèse (comme les décors), lesquelles sont ensuite « habillées» par le dessin traditionnel.Ce processus inhabituel en long-métrage qui efface les frontières entre animation et prises de vues crée un trouble visuel à la fois magnétique et poétique. Et qui étonnamment nous fait très vite oublier que nous sommes dans un film d’animation.

Déconstruire le récit

Le scénario lui-même emprunte résolument la voie d’une multi-temporalité  et tisse le récit d’une manière très inhabituelle  qui engage très fortement le spectateur dans l’expérience.

Un merveilleux travail du son

Dan Levy a exalté la dimension romantique du récit, et donné de l’ampleur à toutes les émotions du film.