Cinéf'îles

15 février 2018

Lundi 19 février à 20h.45 LA LUNE DE JUPITER un film de Kornel Mundruczo

Film passionnant et haletant LA LUNE DE JUPITER est à la fois un film fantastique et un thriller politique.

Synopsis

Un jeune migrant se fait tirer dessus alors qu'il traverse illégalement la frontière.  Aryan découvre alors qu'il a maintenant le pouvoir de léviter. Jeté dans un camp de réfugiés, il s'en échappe avec l'aide du Dr Stern qui nourrit le projet d'exploiter son extraordinaire secret. Les deux hommes prennent la fuite en quête d'argent et de sécurité, poursuivis par le directeur du camp. Fasciné par l'incroyable don d'Aryan, Stern décide de tout miser sur un monde où les miracles s'achètent.

 

 

Le titre : La lune de jupiter

La planète Jupiter a 67 lunes connues dont les quatre plus grosses ont été découvertes en 1610 par Galileo Galilei. L‘une d’entre elles est présumée avoir un océan d‘eau salée sous sa surface glacée. Cela pourrait être le berceau de nouvelles formes de vie.
Cette lune a été nommée Europe.

Le réalisateur Kornel Mundruczo commente le titre.

 "Il était important pour moi de considérer ce film comme une histoire européenne, ancrée dans une Europe en crise, notamment en Hongrie. Mais en même temps, j‘avais envie de lui donner des airs de science-fiction contemporaine. Nous avons aussi creusé la notion d‘étranger, en nous demandant qui est le véritable étranger."

la-lune-de-jupiter-photo-1004936

Kornel Mundruczo et la prise de conscience du sort des réfugiés.

"J‘ai commencé à prendre la mesure du problème des réfugiés lorsque j‘ai mis en scène Le Voyage d‘hiver de Schubert, dans le cadre d‘une vaste installation théâtrale. L‘Europe en était encore au début de la crise. Pendant le travail préparatoire et la construction des décors, nous nous sommes installés dans un camp de réfugiés à Bicske, en Hongrie, durant une ou deux semaines. Ce que j‘ai vu là-bas m‘a bouleversé. J‘ai eu l‘impression qu‘être étranger, différent, était un état d‘être. Réfugié, vous n‘avez ni passé, ni avenir, vous n‘avez que le présent, mais même ce présent est incertain. Vous ne savez même pas si vous êtes encore vous-même, si vous êtes la personne que vous étiez en partant, ou si vous êtes devenu quelqu‘un d‘autre durant le voyage. On ne peut pas être témoin de cela sans se sentir solidaire. Ce serait inhumain."

Le camp de Bicske , à une quarantaine de kilomètres de Budapest a été le théâtre de violents affrontements entre la police anti émeute et les réfugiés notamment en 2015. Le gouvernement hongrois a fait construire 155 km de murs sur la frontière serbo-hongroise en 2015 , dispositif doublé en 2017.

 

 

la-lune-de-jupiter-affiche-officielle-francaise-1004418

La lune de jupiter et les effets spéciaux

"Évidemment, il est difficile de montrer quelqu‘un en train de voler sans utiliser d‘effets spéciaux ! Nous avons dû trouver une solution, car le personnage principal se déplace à trente ou quarante mètres au-dessus du sol dans plusieurs scènes. À mes yeux, les effets spéciaux n‘ont pas la même valeur selon ce qu‘on choisit d‘en faire. Utilisés à bon escient, ils peuvent constituer un immense espace de création. Dans le cas contraire, le résultat fait kitsch et artificiel. Ce film est un mélange de classique et de moderne, tourné en 35 mm. Nous n‘avons eu recours aux effets spéciaux que lorsque nous l’avons jugé nécessaire, toujours en lien avec le réel." K.Mundruczo

Un film spectaculaire
"Tourner un film de cette dimension était un véritable défi pour moi. Je n‘avais jamais filmé de scènes d‘une telle amplitude. J‘étais aussi enthousiaste à l‘idée de repenser entièrement un type de séquences bien connues du public et exécutées avec brio par tant de réalisateurs avant moi. Comment tourner une poursuite en voiture qui n‘ait pas l‘air d‘une poursuite en voiture ? Je ne vois pas l‘intérêt d‘imiter des scènes déjà réalisées à la perfection. Il fallait que nous trouvions nos propres solutions. À cette difficulté s‘ajoutait le fait que le film est déjà très chorégraphié de par sa nature multiforme. Les arrièreplans sont presque aussi importants que ce qui se passe au premier plan. Tout angle apparemment réaliste, le moindre petit détail devait être retravaillé et inséré dans l‘ensemble. Nous avons dû déplacer des décors immenses. Nous voulions montrer une cité engorgée, étouffante et surpeuplée, dans laquelle les seuls moments de paix sont ceux où le personnage s‘envole. Nous avons donc vécu nous-mêmes dans cette cité à l’atmosphère pesante et surpeuplée." K.Mundruczo

la-lune-de-jupiter-photo-zsombor-jeger-1000369

Posté par cinefilesgroix à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]