Cinéf'îles

16 décembre 2018

Mardi 18 décembre à 20h45 AMANDA

AMANDA 1h 47 un film de Mikhaël Hers (France) 2018

Prix Jean Renoir des lycéens

L’émotion sur le mode de la légereté infuse le film porté par le duo Isaure Multrier, lumineuse, et Vincent Lacoste, remarquable.

"Un mélodrame magnifique sur l’apprivoisement de deux êtres." Télérama

 

Synopsis

Paris, de nos jours. David, 24 ans, vit au présent. Il jongle entre différents petits boulots et recule, pour un temps encore, l’heure des choix plus engageants. Le cours tranquille des choses vole en éclats quand sa soeur aînée meurt brutalement. Il se retrouve alors en charge de sa nièce de 7 ans, Amanda.

amanda_4-e74f8Filmer la ville

Dans son film précédent, Mikaël Hers, Ce sentiment de l'été,  filmait Berlin, Paris et New York. Il situe Amanda dans Paris et Londres. L'image magnifie une ville loin des cartes postales, dans la lumière de l'été. Mikaël Hers avait envie de parler du Paris d’aujourd’hui et de capturer quelque chose de la fragilité, de la fébrilité et de la violence de l’époque.

La paternité

David ( Vincent Lacoste) est un grand enfant un peu démuni face à cette petite fille qui serait parfois plus en mesure de l’aider que l’inverse. Ce duo est une façon de parler de la paternité. Une paternité accidentelle, par héritage.David  n’est pas capable d’arriver à l’heure à l’école mais il va très vite se retrouver entièrement en charge de cette petite fille, c’est le début d’un long chemin…

 

amanda_1-fec6b

Montrer l 'attentat?

"Je pense que le film ne pouvait pas en faire l’économie, cela aurait été une fausse pudeur. Amanda n’est pas un film sur les attentats ni sur le terrorisme islamiste mais il me semblait impossible qu’ils ne soient pas filmés ni nommés frontalement" M.H.

Le drame au quotidien

Dans des circonstances dramatiques le metteur en scène souhaite saisir des choses très triviales, très quotidiennes tout en leur donnant une forme de beauté, de lyrisme." Par exemple, chez sa soeur, David ne dort pas dans sa chambre mais déplie le canapé du salon… Même s’il habite chez elle, il est inconcevable pour David d’occuper son lit, d’autant plus vis-à-vis de sa fille. Il est en transit . Ce genre d’effets de réel peut parler à tout le monde." M.H.

"Lors d’un deuil, j’ai le sentiment que l’on passe par plein d’états différents et je voulais traduire cette complexité, ces allers et retours entre petites et grandes tristesses, avec à l’intérieur des petites ou des grandes joies." M.H.

amanda120-x-160isaureld

 

 

 

Posté par cinefilesgroix à 10:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]