Cinéf'îles

23 mai 2017

Lundi 29 mai SOUFFLER PLUS FORT QUE LA MER au Cinéma des Familles à 20 heures 45

Un premier long-métrage de fiction, à la fois social, musical, poétique et fantastique. Marine Place a situé et tourné son film à Hoedic.

Synopsis

Julie et ses parents, Loïc et Louison, vivent à Hoedic. Julie aide son père sur le bateau de pêche familial, « L’indomptable ». Dans ses temps libres, elle joue du saxophone et accompagne Théodore, le prêtre du village. Face aux dettes, Loïc décide de se séparer du bateau contre une prime à la casse. Sans leur activité, la famille se retrouve au dépourvu, perdue dans cette nouvelle vie sans bateau. Julie s’accroche à son saxophone pour dépasser le sentiment de submersion qui l’envahit peu à peu…

media

Extraits d'un entretien avec Marine Place

L'histoire et ses origines

"Plusieurs inspirations se sont croisées en moi et entrechoquées conduisant à cette histoire. La première est quasi psychanalytique , c'est un cauchemar récurrent que je faisais lorsque j'étais plus jeune , un raz de marée, la sensation de me noyer, et un réveil à bout de souffle. Les souvenirs , les sensations que je garde de ce cauchemar m'ont donné l'idée de raconter l'histoire d'une personne qui vit une sensation de submersion physique et émotionnelle. Parallèlement je suis passionnée par les îles , les toutes petites îles , celles où l'on perçoit la mer de partout , où l'on perçoit , de manière incessante , le bruit des vagues.

Puis il y avait aussi une envie plus musicale, utiliser la musique pour transcender , dépasser la submersion . La pêche comme base du récit s'est imposée plus tard car la pêche est la relation archaïque de l'Homme à la mer et lorsque je me suis intéressée à cet univers je me suis arrêtée sur une devise qui revient souvent au coeur des histoires racontées par des pêcheurs " La mer donne et prend".

LA MER S'IMPOSE ICI COMME UN PERSONNAGE, AU COEUR DU FILM,  ELLE DONNE COMME ELLE REPREND, LUMINEUSE, CRUELLE, IMPASSIBLE, REDOUTABLE."

souffler-plus-fort-que-la-mer1

Les pêcheurs 

"Ces pêcheurs sur leurs petits bateaux, perdus dans l'océan, se dressent ici comme l'image de ces hommes et femmes qui se trouvent à divers endroits de la planète, écrasés par la société de consommation, la mondialisation, par un monde qui les dépasse. C'est un film qui parle de résistance, mais aussi de résilience face à la vie qui peut submerger. "

"Je traverse, j'observe les petits ports de pêche depuis des années et j'ai eu l'occasion de pouvoir parler avec des pêcheurs. Je me suis aussi intéressée à cette prime à la casse et plan de sortie de flotte, cette perte de sens de la vie suite à la perte d'un bateau qui est tout pour un pêcheur. Une forme de tabou règne autour de ce sujet. J'ai senti qu'ils étaient émus que j'en parle . Ils m'ont aidée, accompagnée dans mon aventure. Au moment du tournage , j'ai fait corriger certains dialogues par des pêcheurs de l'île et Loïc, le pêcheur qui nous a prêté son bateau, restait sur le tournage , suivait avec bienveillance les comédiens, les guidait, leur précisait certains gestes , ceux des pêcheurs."

souffler-plus-fort-que-la-mer2

Hoedic

"Hoedic m'a fortement inspirée. Elle a un mélange de douceur et d'âpreté. A certains moments , les eaux peuvent être quasi turquoises sur des plages de sable blond, à d'autres moments les eaux deviennent sombres, les ciels plombés, les plages inquiétantes et elle a un côté très sauvage."

SOUFFLER PLUS FORT QUE LA MER Bande Annonce (2017)

player" width="480" height="270" allowfullscreen="true">

La musique et les chansons

"J'ai longtemps hésité dans le choix d'un instrument. Je voulais un instrument où l'on donne son souffle, comme une partie de soi. C'est la rencontre avec Emile Parisien qui m'a convaincue, il m'a proposé un saxophone soprano. Il a su trouver les musiques qu'Olivia la comédienne saurait jouer. Elle ne connaissait ni la musique, ni le saxophone quatre mois auparavant et elle a travaillé avec un incroyable entrain pour jouer chacun des morceaux en leur apportant cette sensation de vérité qui m'était essentielle."

"Le moment de la parenthèse en chansons dans le bar est un basculement de l'histoire , une parenthèse vitale pour Julie. Le chanteur ( Karim Gharbi) vient l'interpeller avec ses textes et sa voix très charnelle, puis il vient chercher Julie , la pousse à jouer, à s'exprimer, à improviser. C'est lui qui va lui indiquer le chemin en quelque sorte. C'est aussi un moment particulier pour le spectateur , un basculememt de style."

"La chanson de l'adieu au bateau est une chanson interprétée par un ancien pêcheur de l'île qu'il m'a chantée un soir lors du tournage. Je l'ai intégrée dès le lendemain dans le récit."

Emile Parisien et Vincent Peirani , auteurs de la musique du film sont deux figures majeures du jazz français actuel. Voici leur duo aux victoires de la musique.

Emile ParisienDailymotion video

 

L'incarnation des comédiens

Ils se sont tous imprégnés des lieux, des sons, pour incarner cette famille. Nous sommes restés quatre semaines ensemble avec toute l'équipe sur cette île sans voiture, ce qui a permis de s'immerger complètement dans ces paysages, de se retrouver parfois nous-mêmes submergés par la mer.

souffler-plus-fort-que-la-mer4

 Olivia Ross, Annie-France Poli, Aurélien Recoing et Corinne Masiero .

 

 

Posté par cinefilesgroix à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]