LUNDI 16 DECEMBRE à 20h45

POUR SAMA VOSTF 1h35 de Waad Al-Kateab, Edward Watts (Syrie/UK) 2019

Waad al-Kateab est une jeune femme syrienne qui vit à Alep lorsque la guerre éclate en 2011. Sous les bombardements, la vie continue. Elle filme au quotidien les pertes, les espoirs et la solidarité du peuple d’Alep. Waad et son mari médecin sont déchirés entre partir et protéger leur fille Sama ou résister pour la liberté de leur pays.

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs.

Waad Al-Kateab, réalisatrice, productrice, cadreuse.

Waad est étudiante en marketing à l'Université d'Alep lorsque les manifestations du "printemps arabe" balaient le pays en 2011. Elle devient une journaliste cotoyenne déterminée à révéler les horreurs de la guerre. En 2016 elle commence à fournir les images du conflit à Channel 4 pour une série de reportages intitulée Inside Aleppo. Ces vidéos ont battu des records d'audience au RU , ont été vues 1/2 milliard de fois en ligne et ont été primés à de nombreuses reprises.

En décembre 2016 elle emporte ces images dans l'exil .

Elle vit aujourd'hui à Londres avec son mari et leurs deux filles.

POUR SAMA a reçu l'Oeil d'Or ( prix du documentaire ) à Cannes 2019, prix partagé avec La Cordillère des songes de Patricio Guzman.

GA9iy46A-1024x461

Un film-témoignage âpre, dur, qui dit l’aspiration à la liberté, l’horreur de la guerre et le désir de vivre.

"On vit de l’intérieur le bombardement d’une école, des hôpitaux. Avant l’exode définitif, endécembre 2016, «en vingt jours on a fait 890 opérations, soigné plus de 6000 blessés». Et Waad al-Kateabest partie avec toutes ses images : « Il se mêlait des choses horribles et joyeuses, des événements collectifs et des scènes intimes. Il fallait en faire une histoire pour qu’onpuisse comprendre tout ce qu’on avait vécu durant ces années» : le pire, changé en meilleur par le courage et la générosité." in Le Figaro

"Si, un jour, un tribunal international en vient à juger ces crimes de guerre, ce film implacable sera un document capital. Il reste à l’espérer." Jean-Claude Raspiengeas in La Croix

"Le vertige que procure le film tient à cette sensation de percevoir la ville s’effondrer mur par mur autour de nous, qui accompagnons ce couple héroïque de vaincus magnifiques.Mais il repose également sur la foi stupéfiante dont est investi l’acte même de filmer, quelles que soient les circonstances. Parfois il semble que Waad al-Kateab confère des vertus magiques à sa caméra, comme si elle était à même de protéger sa fille exposée aux bombes, comme si elle pouvait ressusciter un enfant mort. Moment de cinéma inouï, presque insoutenable. À l’image d’un film où les souffles de vie l’emportent malgré tout sur le souffle des bombes." in Positif

20073079